Historique et religieux, puis commercial, le 8 décembre reste un moment de liesse et de partage dans le coeur des Lyonnais. Maintenant nommé «  fête des lumières », cet événement est internationalement connu.

Mais quelle est son origine ? D’aucuns ont presque oublié l’origine de nos petits lumignons sur les fenêtres de Lyon.

Lyon et les illuminations du 8 décembre ; une histoire ancienne

Les illuminations, d’une manière générale, depuis des milliers d’années, servent à fêter des évènements. On se rassemble autour du feu, on vainc le froid et l’ennemi : symbole de rassemblement et de victoire. Durant l’antiquité, lors d’une fête, on allumait déjà des lampes aux fenêtres. Au moyen âge et à la renaissance, lorsque la ville accueillait une sommité, Lyon s’illuminait ; flambeaux, lumignons, feux d’artifices s’allument alors de toutes parts. C’est d’ailleurs ainsi qu’en 1600 la ville se distingue à l’occasion du mariage de Henri IV et Marie De Médicis avec un somptueux accueil lumineux. On allume ainsi lors d’un évènement : inauguration de statue, naissance d’un héritier royal, signature d’une traité de paix, victoire militaire, entrée royale

La colline qui prie : Fourvière

La basilique de Fourvière a été édifiée au XIXème siècle, à l’initiative de milliers de Lyonnais. C’est un haut lieu de la vie spirituelle et culturelle de Lyon. Plus de deux millions de visiteurs « montent » chaque année à Fourvière, d’où ils découvrent un panorama unique qui va de Lyon au Mont Blanc. C’est à Fourvière que les premiers chrétiens exprimèrent leur foi, se plaçant dès l’origine sous la protection de Marie.

La vénération de la Sainte vierge Marie

C’est dès la fin du IIème siècle que s’établit un lien profond entre la Vierge Marie et la ville de Lyon. Les habitudes s’installent. A chaque crise, les Lyonnais montent à Fourvière demander aide et protection à la Sainte Vierge. De nombreuses requêtes et promesses lui sont faites pour contrer des guerres, des maladies, des catastrophes.

Au moyen âge, le sud de la France est mortellement touché par l’épidémie de la peste. En 1643, Lyon, qui vénère la vierge Marie, se met sous sa protection. Les échevins, le prévôt des marchands et les notables firent voeux de rendre hommage chaque année à la vierge Marie si l’épidémie de peste cessait. Lyon fût épargné par la peste, et le peuple tint promesse et rendit annuellement hommage à Marie. Depuis, chaque 8 septembre, une procession solennelle se forme depuis la cathédrale de Saint Jean à la basilique de Fourvière, jour de consécration de la ville à la vierge. On lui offre cierges et écus.

Le 8 décembre 1852

L’inauguration de la statue de la saint Vierge sur le clocher de l’ancienne chapelle de Fourvière fût choisi le 8 septembre 1852, lors d’une fête mariale.

Une météo désastreuse durant l’été entraina une crue de la Saône et de terribles inondations, et empêcha cette fête. L’atelier du fondeur ayant été touché, la statue n’est pas terminée. Il fallut choisir la prochaine fête mariale ; ce fut alors reportée de 3 mois, au 8 décembre, fête de la nativité de la vierge selon la bible. Les lyonnais illuminèrent alors leurs bords de fenêtres avec des lumignons, comme c’était le cas traditionnellement lors des grands évènements . La statue fût éclairée de mille feux de bengal, des feux d’artifice furent lancés du haut de la colline et des fanfares jouèrent dans les rues. Les lyonnais chantèrent des cantiques et crièrent « vive Marie ». Depuis lors cette tradition a été renouvelée chaque année.

Les lumignons

Les lyonnais conservent d’ailleurs, comme leurs décorations de noël, le carton de verres du 8 décembre, bougeoirs en verre épais et colorés afin de les garnir, après avoir mis un fond d’eau, d’une bougie « spécial lumignon ou lampion », courte et cannelée comme un gâteau

La fête des lumières

C’est une fête spontanée et populaire, seule appréciée initialement de ses habitants.

A partir de 1989 certains monuments sont mis en lumière.

C’est réellement en 1999 que des animations plus importantes sont proposées avec des mises en lumières par des professionnels telles des œuvres éphémères. C’est ainsi que cette fête a pris un tournant touristique, attirant des millions de touristes.

Mais seul le 8 décembre se voit offrir les lumignons aux fenêtres des habitants. On remarque que cette tendance diminue, les lyonnais boudant la perte de la tradition, au profit des retombées économiques.

En effet, la fête s’accroit. Des concepteurs nationaux et internationaux interviennent pour la réalisation des animations lumineuses. Ils créent des scénographies dans tous les quartiers antérieurs à 1930. On peut ainsi découvrir des jeux de lumières innovants et étonnants, mais aussi des mises en lumières très traditionnelles. Se mêlent des jeux de lumières, de l’art plastique, de la musique, des arts contemporains dans cette belle mais courte fête populaire.

C’est une occasion toute particulière d’attirer la lumière sur notre belle ville au patrimoine architectural riche et varié. La fête s’étend maintenant sur 4 jours autour du 8 décembre, durant 6h/jour.

On y boit le traditionnel vin chaud sucré et épicé, du bon chocolat chaud, on y grignote des marrons grillés aux coins des rues. On enfonce son bonnet sur les oreilles et on suit le mouvement lent de la foule afin de cheminer à travers les rues de Lyon et s’émerveiller comme un enfant. S’émerveiller de la beauté de la ville, de son architecture et s’émerveiller de la mise en lumière, qui reste sobre et élégante à l’image de ses immeubles haussmanniens ou de ses maisons de canuts…

Se loger

La fête des lumières c’est donc un bain de foule qui se déroule dans le centre ville de Lyon. A cette occasion, les rues sont fermées dès la fin d’après-midi à la circulation et les parkings extérieurs sont vite saturés.  L’idéal est de privilégier un accès facile en métro ou train.

Situé à Savigny, le Manoir Tourieux offre 2 belles chambres d’hôtes de charme. Pour les illuminations, nous vous recommandons de laisser votre voiture à la gare de l’Arbresle (située à 2km du Manoir) et de vous rendre en 30 minutes grâce au tram train à la Gare de Lyon Saint Paul, en plein cœur des illuminations du vieux Lyon. Ainsi, vous ne serez pas encombrez d’une voiture que vous ne serez pas où garer ! Nous vous conseillons de partir léger et chaudement habillé. Vous pourrez ainsi allier la découverte nocturne de la ville et le repos et ressourcement en campagne la journée.         Réserver une chambre

 

Alors qu’attendez-vous pour organiser votre venue lors de la fête de la lumière ?

Karine Philibert – Manoir Tourieux